Blog post

A la découverte du Sud / Est de la Martinique en 4 jours

20 août 2019

Jour 6, nous y voilà. Cap sur Sainte-Luce pour découvrir le sud et l’est de l’île. Nous changeons d’hébergement pour quelque chose de plus confortable et de plus calme. Alors que faire dans le Sud et l’Est de la Martinique?

Direction la presqu’île de la Caravelle

La presqu’île et Tartane

La presque’île de la Caravelle se situe dans l’Est de l’île au dessus du François et du Robert. Elle est longue d’une douzaine de kilomètres et offre des panoramas incroyables sur les environs. L’extrémité de l’île est une réserve naturelle, la balade nous offre une vue sur toute la presqu’île depuis les sommets. Cette réserve est gérée par le Parc Naturel Régional de la Martinique et elle abrite des espèces endémiques de la faune et de la flore. La presqu’île a été relativement préservée de l’urbanisation et on peut encore trouver le charme créole dans le petit village de Tartane.

Randonnée dans la réserve naturelle

Pour se rendre dans la réserve naturelle il faut prendre la route départementale qui parcourt la presqu’île puis poursuivre sur un chemin non goudronné pendant à peu près 1km, là on est contents d’avoir un 4×4.

Deux sentiers de randonnée sont possibles au départ du parking, le petit sentier prend à peine 1h, et il faut compter 4 bonnes heures pour le grand sentier qui fait près de 10kms (voire plus si vous vous arrêtez pour vous baigner). Nous avons fait le choix de commencer par le petit sentier (qui rejoint le grand), mais au vu de l’heure c’était une mauvaise idée et je vous conseille plutôt de commencer par le grand.

Le petit sentier est plutôt ombragé, on arrive dans une forêt où l’on fait attention aux mancenilliers, des arbres endémiques de la Martinique dont la sève peut être extrêmement dangereuse et causer d’importantes brûlures de la peau, on peut le reconnaître grâce à ses fruits verts semblables à des petites pommes mais les troncs sont dans la plupart des cas marqués d’une trace de peinture rouge pour prévenir le danger. Ne surtout pas s’abriter dessous en cas de pluie ou le toucher avec les mains mouillées! Leur sève peut être mortelle sans intervention rapide.
On pénètre ensuite dans la mangrove, un marais tropical très humide où poussent les palétuviers et où prolifèrent des milliers de petits crabes.

Nous faisons ensuite une épingle pour rejoindre la Baie du Trésor. On se pose sur l’une des plages, déserte, ombragée, avec une eau claire et du sable blanc. Le bonheur. Ne sachant pas ce qui nous attendait après, nous avons pris notre temps.

La chaleur s’intensifie et on arrive maintenant sur le grand sentier, l’ombre est inexistante et le soleil tape. On atteint alors la Pointe Caracoli où l’on découvre un très beau panorama sur les îlets et la baie du Robert. Puis on continue en longeant la côte Atlantique.

Plusieurs carrefours sont indiqués tout au long du parcours permettant de couper ou prolonger la balade. Épuises, affamés mais déterminés nous décidons d’aller jusqu’au bout.
Après avoir passé la station météo on grimpe encore vers le phare de la Caravelle et sa table d’orientation.

On découvre alors une vue dégagée sur toute la presqu’île, on en peut plus mais ça valait le coup. Encore à peut près 30 minutes de marche (mais ça ne grimpe plus!) et on retrouve la voiture, ouf!

La pointe de la presqu’île de la Caravelle depuis le Phare.

Bilan de la matinée:

C’est une très belle balade mais soyez prévoyants ! Levez-vous de bonne heure (idéalement commencer à 6-7h du matin), commencez par le phare, prenez avec vous des en-cas ou un pique nique et surtout des litres d’eau 🙂

Baignade à l’Anse Bonneville et halte à Tartane

Sur le retour, nous passons par l’Anse Bonneville, une vaste plage de sable blanc. On décide d’y faire une halte pour se rafraîchir et se rincer (bonus il y a des douches sur la plage).
Nous étions quasi les seuls et avons apprécié la baignade. Mais le ventre est plus fort et on repart rapidement.

On trouve sur la route de quoi se rassasier au Ti Carbet, ça ne paye pas de mine mais la cuisine est traditionnelle et savoureuse. En prime nous avons échangé avec des habitués qui nous ont raconté leurs histoire de Martinique et leurs voyages en métropoles. Un échange authentique et enrichissant ! Un parking et la plage se trouvent à côté. Vous pouvez en profiter pour vous baigner si vous avez un peu de temps.

L’Habitation Clément pour finir la journée avec du rhum

Après avoir repris la route vers Le François, nous arrivons à la distillerie Clément aux environs de 17h30, soit 1h avant la fermeture. On se presse pour obtenir les billets (12€/pers) et on part faire un tour du parc de l’habitation. L’Habitation Clément est classée au titre des monuments historiques. Elle date du XVIIe s et on peut y découvrir l’ancienne distillerie fermée en 1988, avec sa machinerie, ses chais de vieillissement du rhum ainsi que l’habitation des propriétaires, restaurée et décorée avec des meubles de l’époque.

©florian.avi

Le parc (16 hectares) est également incroyable, et abrite le centre d’art contemporain. En se baladant sur les sentiers on contourne des plans d’eau, des statues, des arbres centenaires et majestueux : tamariniers, figuiers maudits, palmiers royaux, arbres du voyageur, flamboyants … On y retrouve également un tas d’espèces de fleurs et des plants de canne à sucre.

On fini la visite par une dégustation, on y goûte du rhum blanc, du rhum ambré, du vieux, du rhum arrangé à toutes sortes de goûts et arômes. Le rhum Clément n’a pas été notre favori mais nous sommes tout de même repartis avec une bouteille de canne bleue, un rhum distillé avec une seule sorte de canne, la canne bleue, plus rare. Elle tire son nom de ses reflets bleus-violacés et présente une intensité aromatique intéressante.

Petit tips:

Certains rhums blancs et arrangés peuvent être trouvés moins cher dans les supermarchés 😉

Les Fonds Blancs, Baignoire de Joséphine et les Iguanes

Pour cette 7ème journée nous décidons de réserver une excursion touristique pour découvrir les Fonds Blancs – dont la célèbre Baignoire de Joséphine – et les îlets autour du François. Journée plutôt pluvieuse mais les 30° quotidiens sont toujours là, nous allons quand même pouvoir profiter.

Carte des îlets autour du François

Le départ a lieu depuis le port du François aux alentours de 9h du matin. Pour la réservation nous sommes passés par un guide trouvé dans le Routard prenant des petits groupes (pour éviter les gros bateaux touristiques). Manque de chance, le bateau est certes petit, mais le groupe du jour est grand. On va s’en accommoder.

Les Fonds Blancs

Les Fonds Blancs sont des remontées de sable en plein milieu du lagon. C’est une sensation étrange, loin du large, d’avoir de l’eau jusqu’à la taille. Le plus célèbre est situé entre les îlets Oscar et Thierry et s’appelle la Baignoire de Joséphine. Néanmoins elle se réduit d’année en année à cause des courants, du tourisme et du réchauffement de l’eau. Nous avons donc été plus impressionnés par le fond blanc du Robert que nous avons visité juste après. Nous y avons également rencontré de belles étoiles de mer.
Le capitaine nous sert du punch pour mieux profiter du moment. Ici, c’est rhum à toute heure.

L’îlet Chancel et ses iguanes

Vers midi, on met de cap sur l’îlet Chancel, connu pour sa réserve d’iguanes des caraïbes (Iguana delicatissima) , espèce endémique de l’île et qui tend à disparaître. La réserve compte plus de 600 individus, recensés chaque année, qui évoluent en toute liberté. L’îlet est en fait une propriété privée mais grâce à la loi sur le littoral les rives sont accessibles à tous.
Nous avons pu voir de nombreux iguanes, les femelles reconnaissables par leur couleur vert clair, et les mâles marrons (pour une fois que les femelles sont plus colorées chez les animaux!).
Les mancenilliers étaient encore de la partie donc nous avons fait attention où nous mettions nos mains.
C’était un super moment et c’est impressionnant de voir ces dinosaures miniature dans leur habitat naturel.

Mais il est déjà temps d’aller déjeuner et nous quittons l’îlet Chancel pour un nouvel et dernier îlet.

L’îlet Madame

On s’amarre au ponton de l’îlet et on commence à décharger le repas pour que notre capitaine le prépare. Poulet colombo au menu, que l’on déguste tous ensemble face à la mer.
L’îlet Madame est notre dernière destination de la journée. On a donc quartier libre jusqu’à 16h. Nous décidons de partir explorer les fonds marins, rien d’exceptionnel si ce n’est de petites raies léopards assez incroyables, des concombres de mer par milliers et de grosses étoiles de mer. Nous allons ensuite nous poser à l’ombre en attendant de repartir sous la pluie.

Bilan de la journée:

Les excursions dans les fonds blancs sont assez onéreuses. Il faut compter 40-45€ pour la demi-journée et 70-75€ pour la journée.
Ce n’était pas ma sortie préféré, avec du recul j’aurais préféré louer un petit bateau sans permis et faire le tour moi-même pour plus de liberté (et des économies!), à retenir pour la prochaine fois.

Jour 8 : découverte de la pointe Sud-Est

Nouvelle journée, nouvelles aventures. N’ayant pas trouvé grand chose à faire à Sainte-Luce nous décidons de faire cap sur Sainte-Anne à la place. Et une journée ne commencerait pas si bien sans une petite balade…

Ascension du piton Crève-Coeur

J’exagère un peu quand je dis ascension, le piton du Crève coeur culmine à 200 mètres. Avant de commencer, pour ceux qui, comme moi, en ont besoin, un piton est une éminence isolée en forme de pointe, d’une montagne.

On suit la D9 en direction du Marin, puis on emprunte la D33 vers Cap Chevalier sur 3,5km avant de tourner à droite vers les ruines (un peu tricky à trouver) après le terrain de football de Barrière-La-Croix.
Une fois sur place, un parking, et des coqs… On peut commencer la rando par le chemin de droite où l’on monte par les ruines d’une ancienne sucrerie, comme par le chemin de gauche, c’est vous qui voyez. La montée est ombragée, agréable quoi qu’assez raide. En 30 mns on est au sommet et on admire. La vue est magnifique. Pour si peu d’efforts en plus, c’est un must do.

Déjeuner à Saint-Anne et balade dans le village

Nous nous rendons ensuite à Sainte-Anne, à moins de 10 minutes en voiture. Sainte-Anne est un village plein de charme qui se situe sur la pointe sud-est de l’île, non loin de la plage des Salines dont je vous parlerai plus bas. La ville est calme mais comporte un certain nombre de petits restaurants très accueillants, nous avions envie de tous les tester.

Avant le déjeuner nous avons voulu faire un tour au marché couvert de Saint-Anne, de justesse car les commerçants avaient déjà commencé à ranger un peu avant 13h. En y allant plus tôt on peut trouver des stands d’épices en tous genres, des punchs maison (c’est d’ailleurs l’occasion d’y goûter), un fleuriste qui vous propose de livrer vos bouquets de fleurs tropicales en France directement, quelques bijoux, des fruits et des légumes. Nous l’avons préféré au grand marché couvert de Fort de France pour son authenticité et son emplacement face à la mer.

Tout ça nous ayant ouvert l’appétit nous allons déjeuner dans un restaurant, La Cour Créole, situé dans la rue principale, face à la mer. Fricassée de Lambis, acras de morue accompagnées de la bière locale, la Lorraine.

Après le déjeuner nous allons visiter la petite église sur la place de la ville, joliment restaurée et non loin d’une promenade aménagée sur le front de mer. Puis nous faisons encore un peu de grimpette. Le point de vue offert en haut du « Calvaire » est magnifique. Le Clavaire est une reconstitution d’un chemin de croix qui grimpe pendant 10-15mns. C’est un lieu de pèlerinage où des milliers de personnes se rassemblent chaque année, le 19 septembre, pour prier Notre Dame de la Salette.

La « so famous » plage des Salines

Dernière étape de la journée, last but not least, la plage des Salines. C’est peut être la plage la plus connue de la Martinique avec plus d’un million de visiteurs par an. Mais aujourd’hui il y a de la place pour tout le monde sur cette plage de sable blanc bordée de cocotiers, avec de l’ombre pour s’y abriter. La mer est plutôt agitée mais on peut s’y baigner facilement.

Finalement le voilà le gros avantage de partir hors saison, avoir l’embarras du choix pour poser sa serviette, ne pas souffrir du tourisme de masse, trouver du charme partout : dans les petits villages, les restaurants, les lieux les plus touristiques.

La distillerie Trois-Rivières et la plage du Diamant

Le rhum Trois-Rivières

Dernière journée avant le retour en France. La distillerie Trois-Rivières ne se trouve qu’à quelques minutes de route de Sainte-Luce (où nous logeons), ce serait vraiment trop bête de ne pas y aller …

Le domaine Trois-Rivières comporte un ancien moulin à sucre, une vieille machinerie, quelques cases « boutiques ».

La visite guidée coûte 3€ et elle vaut le coup, elle nous a permis de consolider nos bases dans l’apprentissage du rhum. Comme un quiz après avoir étudié deux distilleries avant.
TOP … pour obtenir du rhum blanc nous devons … le laisser dans les cuves en ions ouverts pendant 48h!
TOP… un rhum peut être appelé vieux s’il a passé au moins … 3 ans dans des chais de vieillissements!
TOP… entre ces deux phases le rhum est appelé… AMBRE !

Pour revenir à la base, on y apprend qu’il existe 170 variétés de canne, seule une quinzaine sont classées AOC. Les cannes sont ici encore en partie coupées à la main, ce qui est très rare de nos temps. La canne est coupée par tronçons d’environ 1 mètre de haut après 9 mois de grossesse pour leur bonne croissance. Pour obtenir 1L de rhum il faut 10 kgs de cannes.

Nous avons pu voir l’ancienne machine à vapeur fonctionner pour notre plus grand plaisir. A l’époque les cannes y étaient broyées plusieurs fois, le jus récupéré puis envoyé dans une cuve, où est ajouté de l’eau. Ce mélange est ensuite versé dans des cuves d’inox pendant 48h pour la distillation du rhum blanc. Il est prêt à être consommé! Il peut aussi être vieilli dans des chais en bois pour donner du rhum ambré ou vieux. Les déchets et restes de la canne sont brûlés pour faire fonctionner la machine. Déjà zéro déchet à l’époque.

Nous sommes repartis avec une « cuvée de l’océan », un rhum fait à partir de cannes ayant poussé à proximité de la mer, et distillé avec de l’eau de mer. Le goût est intéressant car légèrement salé, et la bouteille était jolie 😉

La plage ventée du diamant

En reprenant la route pour l’aéroport de Fort-de-France nous nous arrêtons au Diamant.

Plage iconique de la Martinique, elle est cependant peu fréquentée en raison de la houle violente et des hautes vagues qui s’y abandonnent. Le bord de mer est occupé par de jolies maisons en bois, un cimetière carrelé de blanc, une petite église et un ponton qui s’avance sur la mer.

Le rocher s’est doté du nom de Diamant en raison de sa forme et de ses jolis reflets dans la mer. Des spots de plongée réputés s’y trouvent à proximité mais nécessitent minimum un Niveau 1 (certification internationale de plongée).

Ni plongée, ni baignade, c’est pour déjeuner que nous nous y sommes arrêtés. Sur une petit terrasse très ventée en bord de mer. Pour goûter une dernière fois aux spécialités créoles, au Snack Doudou Danielle.

Vue du diamant depuis Sainte-Luce

Retour vers l’aéroport

Le voyage touche à sa fin et il est temps de retourner vers Fort-de-France pour clôturer ces 9 jours de vacances dans les Caraïbes.
35 minutes de voiture, et un plein d’essence plus tard nous y sommes.
De quoi racheter quelques rhum en duty free avant de rentrer en métropole.

C’était un voyage fantastique !

La Martinique en 5 minutes

2 Comments

  • Partir Loin

    1 octobre 2020 at 23:59

    Coucou,

    super ton récit sur les incontournables du sud de la Martinique :).
    Quand on y pense, c’est un peu la belle vie non?
    Rando, plages de rêves, petits îlets et le tout, avec une dégustation de rhum et d’accras :), que demander de plus hihi?

    Superbe résumé en vidéo aussi, bravo à toi et merci pour le partage.

    Antho et Maëva
    https://partirloin.be

    1. May

      4 octobre 2020 at 18:17

      Hello vous 🙂

      Merci beaucoup ! Oui c’est clairement la belle ville ! Nager avec des tortues aussi c’était dingo.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article suivant