Blog post

Explorer les environs du Lac Saint-Jean

6 novembre 2019

Notre road-trip au Québec continue! Après avoir profité des couleurs de l’automne à Stoneham et au parc de la Jacques-Quartier, nous mettons à présent le cap sur le lac Saint-Jean.

Nous avions lu à plusieurs endroits que le lac Saint-Jean ne constituait pas une étape essentielle dans la découverte du Québec. Néanmoins nous voulions le voir de nos propres yeux et y sommes restés un jour et une nuit – juste après nous êtres équipés de doudounes et manteaux, il fait froid dans le nord…

A propos du Lac Saint-Jean

Nous nous sommes rendus dans la ville d’Alma, peuplée de plus de 30 000 habitants. Elle est située à 2h30 de route de Stoneham et du parc de la Jacques-Quartier. Nous avons emprunté les routes 175N /169. Je dois dire que le trajet nous a bluffé, de la nature brute, des routes entourées de forêts et de lacs, parfait pour admirer les couleurs chatoyantes de l’automne; et personne autour. Bon, je vous avoue qu’au bout de 2h30 on commence quand même à trouver le temps un peu long.
En venant de Saguenay vous êtes à une trentaine de minutes.

Des points de vue sont indiqués sur les différentes routes par des panneaux. Ce sont des étapes à faire si vous prenez la route, les paysages sont magnifiques!

En arrivant vers Saint-Jean, nous avons été impressionnés par la taille du lac, trop grand pour en voir l’autre rive, c’est peut être ce qui lui donne moins de charme pour nous, touristes. Mais avec 210km de rivages et 42 plages de sable fin, c’est vaste, très vaste. Le Lac Saint-Jean est une véritable mer intérieure et on y vient davantage pour rencontrer ses habitants, surnommés les « bleuets », dont l’hospitalité est légendaire.

Décharge du Lac Saint-Jean dans la rivière Saguenay

Pour vous donner une idée de sa taille, voici à quoi ressemble le lac au niveau d’Alma, à la décharge avec la rivière Saguenay. Ça vous laisse imaginer l’immensité du lac !

La décharge du Lac Saint-Jean et Alma

Où loger ?

Nous avons passé une nuit dans le Gîte aux Pignons à Alma, « ville de l’hospitalité ». Mais ici vous avez le choix, les gîtes sont aussi réputés les uns que les autres. Il faut aimer la convivialité qui règne dans ces couette et café (ce n’est pas une blague, ça se dit vraiment). Nous avons eu des échanges très intéressants avec nos voisins québécois et français lors du petit-déjeuner servi dans le gîte. C’est un vrai moment d’échange et de partage.

Chez nos hôtes, j’ai été assez étonnée en ouvrant l’épaisse porte en chêne, … d’en trouver une second presque immédiatement ! Je leur ai donc demandé pourquoi ils avaient deux portes d’entrées presque collées l’une à l’autre. Ils m’ont répondu que c’était pour se protéger du froid et de la neige, ils ont eu jusqu’à -52° l’hiver dernier, c’est vrai que c’est un peu frais à cette température…

Les activités autour du lac

Nous avons pu admirer la partie fine du lac, à l’endroit de sa décharge dans la rivière Saguenay. Même à cet endroit là, il parait déjà immense.

Le lac offre un large éventail d’activités estivales et hivernales ! En été canoë, kayak, bouée tractée, paddle, VTT autour du lac via la véloroute des bleuets, …En hiver on peut y faire du patin, une initiation au hockey, de la motoneige etc..
En automne, et sous la pluie on a laissé tomber ces activités et on a plutôt profité des visites à faire au bord du lac.

Le Village historique de Val-Jalbert

Nous avons choisi d’aller visiter ce village « fantôme ». Pour la petite histoire, Val-Jalbert est né avec l’ouverture d’une usine de pâte de papier à proximité de la cascade Ouiatchouan. Le village s’est développé et agrandi autour de cette activité des années 1901 à 1927. A la fermeture de l’usine à cause du déclin de cette industrie en 1927, les ouvriers et leurs familles ont été contraints de déménager et le village a peu à peu été abandonné. Resté fermé pendant de longues années il a réouvert à la visite dans les années 1960.

C’est aujourd’hui un musée à ciel ouvert avec les habitations restaurées mais restées dans leur jus. On découvre le village et la vie des habitants à l’époque, mode de vie confortable et moderne puisque tout le village était équipé en eau courante et électricité!

Le beau temps n’était pas de la partie mais nous avons quand même fait la visite sous la pluie. On commence par un tour du village en bus puis on nous laisse au moulin à pâte pour approfondir la visite nous-même. Nous avons fait une pause dans le restaurant du Moulin pour déjeuner, à un prix tout à fait raisonnable (entre 15 et 18$ pour entrée-plat-dessert).

C’est évident mais préférez la visite par temps ensoleillé, il y a de jolis paysages dans les bois et la vue sur la chute est somptueuse. Des petits sentiers sont également proposés pour profiter du site, nous ne les avons pas fait à cause du temps. La visite nous a pris l’après-midi.

Les autres activités populaires de la région

Nous n’avons pas pu tester d’avantage d’activités en raison de la météo assez mauvaise de la journée, et du temps que nous avions sur place. Néanmoins si nous avions eu plus de temps voici ce que nous aurions fait.

Le musée amérindiens de Mashteuiatsh

Bon ok le nom est imprononçable, mais il ne faut pas reculer devant la difficulté ! Ce musée, retraçant la vie des autochtones, nous a été recommandé à plusieurs reprises. La région du Lac Saint-Jean était, jadis, occupée par des communautés d’amérindiens, principalement les Innus. Le musée nous explique le mode de vie quotidien des peuples autochtones et leur adaptation au fil des saisons. La visite combine des salles thématiques ainsi qu’une découverte du jardin avec un guide. Le tout permet de se faire une idée de la vie rude des Autochtones et d’apprécier les valeurs qui en découlent : harmonie avec l’environnement, respect des aînés et transmission des savoirs.
Vous trouverez les infos pratiques pour le visiter ici.

L’Ours Polaire, symbole du zoo. ©Wikipedia

Le zoo sauvage de St Félicien

Cette fois-çi ce ne sont pas les animaux qui sont en cage, mais bien les humains. Cette particularité offre un point de vue différent pour découvrir les différentes espèces d’animaux en semie-liberté. Le zoo est classé dans le top 10 des zoos du monde. Un film et une exposition permettent de découvrir et comprendre le mode de vie des animaux dans leur environnement naturel. Une fois dans le wagon, on y retrouve presque toute la faune canadienne ! Sur le parcours : une ferme de colons, un poste de traite, un camp de trappeurs et un village amérindien.
Le site du zoo ici.

Conseils de visite:

Prévoir une bonne demie-journée pour cette visite.
Faire plutôt la visite en bus le matin car les animaux sont plus réveillés et plus en forme.

La route de fromages

Voici une activité plaisante pour les gourmands : se déplacer d’une fromagerie à l’autre, en passant par un joli parcours bucolique, des petits lacs et des collines. En voici quelques unes : Fromagerie Lehmann à Hebertville, Les Petits Bleuets à Alma.

Visite du parc national de la Pointe-Taillon

Un joli parc de 92km qui réuni à la fois des paysages de forêt, de rivière, de lac et de plage. L’endroit idéal pour s’y arrêter, souffler un peu, se détendre après les kilomètres avalés depuis le parc de la Jacques Quartier (si comme nous, vous en venez). Vous pouvez y camper, marcher, faire du VTT, du canoë-kayak …
Plus d’infos sur le site de la SEPAQ.

A faire si vous passez quelques jours au Lac Saint-Jean. On s’y arrêtera plus longuement lors de notre prochain voyage, une journée sur place c’était trop court. Il paraît même qu’on y croise souvent une colonie entière d’orignaux.

Le parc de la caverne Trou de la Fée

Le parc comporte un sentier d’un peu plus d’un kilomètre, longeant la rivière Métabetchouan, avec ses chutes, ses cascades, et les vestiges d’une centrale hydroélectrique. Il mène à une grotte de 68 mètres de profondeur formée dans le granit. On peut y découvrir la spéléologie et voir des chauves-souris. Vous pouvez également profiter d’un spectacle interactif ou faire de la tyrolienne géante.

Voilà quelques idées d’activités à faire autour du lac. Lors de notre voyage nous n’avions pas forcément prévu assez de temps pour vraiment apprécier notre passage. Prévoyez également un logement dans une ville proche des activités que vous souhaitez faire. La distance entre Alma et Val-Jalbert est de plus d’une heure par exemple. Et oui, le lac est très très vaste.

On se retrouve mercredi prochain pour la découverte du Fjord du Saguenay et des baleines à Tadoussac ! Stay tuned 🙂

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent Article suivant